Si l'histoire m'était contée..

 

Le jardin, à l'époque médiévale, est un espace clos d'abord utilitaire où l'on fait pousser les fruits et les légumes.Outre les vergers, les jardins du Moyen Âge sont des potagers ou jardins de plantes utilitaires, des jardins de simples ou jardins de plantes médicinales, des jardins de plantes tinctoriales.

À la recherche du paradis perdu, le jardin est aménagé pour répondre au monde chrétien avide de symbole ; ainsi les fleurs. Il peut être un jardin d'agrément, comme le verger d'amour du Roman de la Rose.

Les jardins médiévaux évoluent sur une double symbolique religieuse et profane, la nostalgie du paradis perdu et la quête de l'être aimé.

La notion de jardin associée au paradis se fait par l'intermédiaire du mot grec paradeisos qui désignait un verger verdoyant protégé par un mur des vents brûlants et desséchants. Au Moyen Âge, le cloître, hortus conclusus, est un jardin clos en relation verticale avec le ciel grand ouvert.

Suite à des recherches historiques, archéologiques et palynologiques (étude des pollens), nombreuses sont les représentations des jardins du passé. La reconstitution de jardins anciens s'élabore dans des lieux historiques ; principalement les abbayes.

Les cultures sont réalisées sur des plates-bandes surélevées consolidées par des planches ou des tressages de branchages de saule ou de châtaignier appelés « plessis ».
On peut s’y asseoir sur des banquettes de gazon fleuri renforcées parfois par des murets de tuiles.

Pour éviter les mauvaises herbes, les moines installaient un nid de paille entre les plantations, ce qui faisait un bénéfique effet de mulch. Voici une sélection de plantes utilisées au Moyen-Age encore très appréciées à notre époque pour leurs propriétés curatives, culinaires, aromatiques... Installez chez vous des plantes déjà reconnues au Moyen-Age comme bénéfiques pour l'organisme !



organisation du jardin

Raifort

Bénéfique pour les reins, il était également utilisé comme un puissant antiscorbutique

Sauge officinale

Au Moyen-Age, la sauge officinale était très employée pour ses vertus toniques et antispasmodiques, ou bien comme remède gynécologique

Romarin
Cliquez sur la photo pour en savoir plus
Au Moyen-Age il faisait partie du " vinaigre des quatre voleurs ", qui s'en frottaient entièrement le corps, pour éviter d'attraper la peste.Ses fleurs seront distillées au XV ème siècle et feront le renom de "l'eau de la reine de Hongrie

Absinthe

Selon la Médecine du Moyen-Age: l'absinthe avait des propriétés toniques mais était également vermifuge.
 
 
 
 

 
 

 
 

Cliquez sur la photo pour en savoir plus Tanaisie
La tanaisie est aussi appelée "herbe aux vers", au Moyen âge on utilisait les graines en infusion en tant que vermifuge mais également pour leurs propriétés toniques.Aujourd'hui, les feuilles de tanaisie parfument les crèmes, desserts et liqueurs
 
Cliquez sur la photo pour en savoir plus Rue des jardins
Au Moyen-Age, la rue était utilisée dans le cloître pour ses vertus anti-aphrodisiaques !!! Elle dégage un parfum très particulier qui fait fuir les chats et les rongeurs de son entourage
 
Cliquez sur la photo pour en savoir plus Euphorbe
Appelée au Moyen-Age la Lacterida du Capitulaire de Vilis, l'euphorbe était très utilisée dans la médecine populaire comme remède contre les verrues

 
Cliquez sur la photo pour en savoir plus Noisetier
Le noisetier était une plante très intéressante, ses feuilles étaient utilisées pour les maux de dents et le poison et les chatons (les fleurs jaunes) étaient préconisés contre l'amincissement 
 
 
Cliquez sur la photo pour en savoir plus Fenouil
Plante du potager très facile mais aussi très décorative avec son feuillage vaporeux et son odeur anisée et sucrée, elle se mariera bien dans les massifs en arrière plan. Vous pouvez laisser sa floraison jaune s'épanouir à la fin de l'été et il se ressèmera ainsi abondamment
 
Cliquez sur la photo pour en savoir plus Marjolaine
Très connue dans les potagers et les jardins aromatiques, il faut penser que sa floraison tardive pourra égayer les parterres de fleurs jusqu'en octobre. D'autant plus que son feuillage persistant est un atout de plus pour vos massifs
 
 
Cliquez sur la photo pour en savoir plus Oseille vierge
Les larges feuilles vertes et acidulées sont délicieuses cuites, dans des potages ou des omelettes. Elles se préparent comme des épinards

Le jardin médiéval associe :

1- Un herbularius (jardin de simples : plantes aromatiques et médicinales)

2- Un hortus (jardin potager)

3- Un viridarium (verger planté d’arbres fruitiers agencés en forme de croix et qui sert de cimetière)

4- Un jardin d’agrément (jardin secret ou jardin d’amour où abondent banquettes engazonnées, prairies mille-fleurs, arbres ornementaux et fontaine)


Plantes et formes géométriques possédent une puissante valeur symbolique qui enracine le jardin dans la lecture de l’Ancien Testament et dans la vision du monde de l’époque.
Tous ces Edens proposent une vision du Paradis perdu où l’homme vivait en autarcie, à l’abri des difficultés de la vie.


Le plan de Saint-Gall  est le plus ancien et extraordinaire document conservé depuis l'an 820 représentant un complexe de batiments du Moyen Age (ici une église et un cloître d'une centaine de moines). Ce document fut conservé dans la librairie monastique de St-Gall en Suisse. On peut y voir notement les composants des jardins du Moyen Age. 





Le jardín de simples

On appelait simples, les plantes médicinales qui étaient utilisées pour soigner les malades sans avoir recours aux remèdes sophistiqués des apothicaires.
Les carrés médicinaux sont généralement organisés selon l’usage des dites plantes :

- Plantes des fièvres et des refroidissements (nos antibiotiques)
- Plantes des femmes (pharmacopée destinée aux problèmes féminins )
- Plantes vulnéraires (pour les traumatismes)
- Purges (pour équilibrer les humeurs)
- Plantes des maux de ventre (fréquents en raison d’une nourriture mal équilibrée)


Dès les premiers siècles chrétiens, les ordres religieux assurent les soins aux malades. Au sein des monastères, les moines érudits se mirent à rechercher, à transcrire et commenter les oeuvres d’Aristote, Hippocrate, Dioscoride, Galien ou Pline et à traiter les malades avec des plantes médicinales cultivées dans leurs jardins de simples.
Au VIII ème siècle, Charlemagne en décrit 88 dans son Capitulaire de Villis et impose que toute abbaye soit pourvue de ces plantes.
A l’intérieur des châteaux forts eux-mêmes, on aménagea des courtils ou des enclos où poussèrent fleurs et simples. Les châtelaines considéraient comme un devoir sacré de soigner les blessés, d’apporter leur secours aux malades, d’assister les femmes en couches vivant sur leurs domaines, d’offrir l’hospitalité aux pélerins fourbus cheminant vers un lieu saint.



Le potager

Le potager comporte en général neuf carrés, neuf comme trois fois trois.
Le nombre de carrés se réfère à la symbolique chrétienne, 9 étant un multiple du chiffre trois représentant la Trinité.
La Trinité est un symbole chrétien. Les Grecs de l’Antiquité en avaient déjà fait un chiffre sacré rapprochant les trois phases de la lune nouvelle , pleine et vieille , des trois âges de la femme : jeune fille, nymphe et vieille femme.

Le potager de « l’Ancien monde » regroupe tout ce qui était à la portée de nos ancêtres « d’avant l’Amérique » pour se nourrir.
Familières de la table des pauvres, les céréales et les légumineuses y sont les plus représentées : Choux, oignons, poireaux, pois chiche, ainsi que les herbes à cuire : bettes, arroches , épinards ou amarantes ou les légumes–racines, tels navets, carottes, choux-navets et panais.

A la rescousse de la monotonie du quotidien, on produisait de nombreux condiments et aromates qui remplaçaient, chez les plus démunis, les épices des tables aisées.
L’ail y régnait en maître, de même que la moutarde et le raifort.
Les ombellifères venaient ensuite : la coriandre, l’aneth et le fenouil ainsi que les labiées : le thym, la sariette, le basilic et la marjolaine.




Le verger

Chaque abbaye se devait d’avoir son verger à haute tige ; c’était le lieu du cimetière.
Les troncs dressés symbolisaient la résurrection à venir pour les moines.
Sous les arbres, les tombes dormaient et l’herbe croissait, symbole de la félicité future.
Dans le verger, grandes variétés de poiriers, pommiers, cerisiers, pruniers...




Les jardins secrets

 

 

 

 

Les jardins de verdure


Les murs végétaux sont percés de portes accédant à de minuscules jardins secrets qui sont de véritables havres de paix où tout invite au repos.

Certains d’entre eux, extrêmement raffinés, étaient consacrés à l’un des cinq sens :

- l’ouïe était évoquée par la volière, le bruit de l’eau et le chant des oiseaux.

- le jardin du goût abritait un petit potager dans lequel poussaient des légumes choisis pour leur beauté.

- le jardin des senteurs ans lequel on se laissait guider par des bouffées délicieuses, véritable chant d’arômes qui atteint au plus profond de l’être

- le jardin des textures qui proposait de découvrir, du revers de la main, feuillages duveteux ou piquants.

- enfin le jardin de la vue avec ses couleurs délicieuses où s’entrelacaient les tons les plus séduisants, du bleu au pourpre en passant par les violets et tous les tons de roses que venaient apaiser quelques notes de blanc.

L'hortus conclusus ou jardín secret

L’hortus conclusus est directement inspiré des jardins bibliques. C’est un jardin de rêve, jardin secret, porteur d’un puissant symbolisme religieux inspiré par la description de l’Épouse, la Bien-Aimée, dans les Cantiques des Cantiques : « Elle est un jardin bien clos, ma soeur, ma fiancée ; un jardin bien clos, une source scellée... »
Ce jardin exprime l’essence de la Vierge et résume ses beautés et perfections.
Dans ces jardins présidés par la Vierge, les fleurs étaient elles-mêmes des symboles : la rose devenue précisemment au Moyen Age, la fleur de la Vierge, le lys symbole de la chasteté et la violette, celui de l’humilité.


Il existe des jardins qui ne sont pas d'une grande utilité et ne produisent pas grand chose.
Ils sont en fait arrangés pour le plaisir des sens :

Les 5 sens - La vue 

 

Détail dessin Détail plante Helianthus annuus – Soleil simple – tournesol géant – ASTERACEES
Très belle et spectaculaire floraison de fin d'été.
 
 
 
Détail dessin Détail plante Kniphofia – Tritoma ‘Faux aloes’ – LILIACEES
Le tritoma donne un caractère exotique à vos massifs.
 
Détail dessin Détail plante Echinops ritro – Chardon bleu – ASTERACEES
Le chardon violet est indispensable dans tous les jardins , il en met plein la vue.

 
Détail dessin Détail plante Monarda didyma – Monardes Thé d’oswego- LAMIACEES
Elle est une plante de massif très efficace avec des têtes de fleurs assez particulières quand on les regarde de près.
 
 

Les 5 sens - L'odorat

Détail dessin Détail plante Rosa x ‘Baronne de Rothschild’ – Rosier ‘Baronne de Rothschild’ – ROSACEES
Sa floraison estivale est luxueuse et de surcroît très parfumé.
 
Détail dessin Détail plante Lilium spp ‘Régal Album’ - Lis ‘Régale Album’ – LILIACEES
Fleurs en forme de trompettes très parfumées d'un blanc pur éclatant.
 
Détail dessin Détail plante Jasminum officinalis – Jasmin officinal – OLEACEES
Une plante grimpante délicatement parfumée...
 

Les 5 sens - Le goût

Détail dessin Détail plante Mentha citrate – Menthe – LAMIACEES
Cette menthe est parfaite en infusion et en condiment.

 
Détail dessin Détail plante Allium schoenoprasum – Ciboulette – LILIACEES
Les feuilles ont un goût prononcé d'oignon et sont employées toute l'année comme condiment dans les salades, omelettes et sauces.
 
Détail dessin Détail plante Angelica archangelica ou officinalis Angélique – OMBELIFERES
Les fleurs, tiges et feuilles de cette plante aromatique sont comestibles.
 
 
Détail dessin Détail plante Achillea millefolium ‘Cerise Queen’ Achillée ‘Cerise Queen’ – ASTERACEES
Les fleurs et les feuilles de cette plante aromatique sont comestibles.

 
Détail dessin Détail plante Rubus idaeus ‘Automn Bliss’ – Framboisier – ROSACEES
Variété remontante pour une récolte abondante de juin aux premières gelées.
 
Détail dessin Détail plante Ficus carica ‘Noire de Caromb’ – Figuier – MORACEES
Son fruit bleu-violet profond a beaucoup de jus et de parfum

 

Les 5 sens - Le toucher 

Détail dessin Détail plante Phlomis fruticosa – Sauge de Jérusalem – LAMIACEES
Son feuillage argenté est duveteux.

 
Détail dessin Détail plante Pennisetum compactum – Pennisetum – GRAMINEES
Ses épis cylindriques son doux au toucher et très décoratifs.
 
Détail dessin Détail plante Sedum ‘Automn Joy’ – Orpin - CRASSULACEES
Son feuillage est doux et charnu.

 
Détail dessin Détail plante Eryngium alpinum - Chardon bleu des Alpes – Panicaut – OMBELLIFERS
Une plante à la fois agressive par son feuillage épineux et attirante par sa couleur bleue argenté.
 

Les 5 sens - L'ouïe 

Détail dessin Détail plante Sambucus nigra ‘Aurea’ – Sureau noir doré- CAPRIFOLIACEES
Ses fruits comestibles attirent les oiseaux.
 
Détail dessin Détail plante Rosa rugosa – Eglantier – ROSACEES
Ses fruits perdurent pendant l’hiver et nourrissent les oiseaux.
 
 
Détail dessin Détail plante Phyllostachys bissetii – Bambou moyen – GRAMINEES
En s’engouffrant dans les chaumes, le vent fait chanter les bambous.


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×